Idées neuves

09/02/16

En cette période de bonnes résolutions, plutôt que des vœux –rarement prédictifs et souvent spéculatifs-, je vous propose plutôt de partager un conseil qui me semble essentiel, pour faire de l’innovation un outil de transformation pour l’entreprise.
Que votre objectif vise la création de richesse par réduction des dépenses ou par augmentation de la valeur ajoutée, il y a fort à parier qu’elle sera fondée sur quelques idées neuves qui remettent en cause vos modes opératoires actuels.

Vis-à-vis de la responsabilité de production d’idées neuves, l’enquête réalisée par Brighten à l’été 2015, met en évidence celle que se reconnait le comité de direction. Elle témoigne également de la faiblesse des dispositifs permettant d’en collecter chez les acteurs de la chaîne de valeur. Dans ce domaine comme dans de nombreux autres, la technologie ouvre pourtant des horizons nouveaux aujourd’hui encore peu ou mal exploités.

Loin de l’idée de dématérialiser l’effet « kick-off annuel » ou « machine à café » et les rencontres informelles entre collaborateurs, les outils logiciels de collecte d’idées, répondent d’abord à un enjeu de rapprochement de points de vue de personnes dispersées géographiquement. Ils permettent en particulier d’aligner l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur étendue (collaborateurs, clients, partenaires, fournisseurs..) sur des objectifs et des contraintes connus et partagés.
Longtemps l’entreprise a dû penser les solutions à ses objectifs de performance seule, privée à chaque bout de la chaîne, de l’expérience des clients et des fournisseurs. Dans le meilleur des cas, elle l’a fait à partir d’un échantillonnage de proximité géographique et culturelle qui ne correspond plus à la réalité de la mondialisation. Ainsi choisissait-on de réduire des délais de livraison avec des taux d’échec élevés, alors que les clients auraient été plus sensibles au respect d’une date et d’une tranche horaire, même moins contraintes.

Dans ce domaine de l’innovation collaborative, nous recommandons de se servir des plateformes d’idéation comme de véritables outils stratégiques. Nous recommandons une utilisation par campagne, au service de l’instruction d’un objectif de performance précis au sein du plus large réseau possible des parties prenantes. Ainsi, elles permettent de recueillir, de partager et d’objectiver sur des délais courts, ce qui pourrait n’être qu’une bonne ou une mauvaise intuition entre les mains des seules directions de la stratégie et du marketing.

Enfin, s’agissant d’affiner la stratégie en repoussant les frontières de l’entreprise, ces outils permettent d’élargir le cadre de l’analyse. Apprendre à sortir du cadre, reste aussi un conseil en 2016 !