La Méthode Google

20/02/15

« La méthode Google » ou « que ferait Google à votre place ? » de Jeff Jarvis. On nous en a recommandé la lecture, nous l’avons fait. Il faudrait sans doute plus d’un billet pour commenter l’ensemble des messages contenus dans ce livre qui fait de la méthode Google, le fondement d’un nouvel ordre économique mondial programmé.

Il n’est évidemment pas question de contester l’impact majeur du libre accès à l’information dans l’ensemble des secteurs économiques. D’ailleurs, ceux qui avaient fait de la rareté de l’information et de son opacité leur principal levier de création de revenus, le comprennent chaque jour à leurs dépens, souvent relativement brutalement. De manière assez pertinente, Jeff Jarvis illustre cette transformation de l’économie de l’immatériel à partir du monde des médias qu’il connait bien, puisqu’il est journaliste. Grace à la technologie, les blogs et les forums, il fait de chacun d’entre nous un auteur, un faiseur d’opinion.

Quand il extrapole ce modèle à l’économie réelle, il donne à chaque client, la légitimité de concepteur, de producteur ou de promoteur du produit qu’il pourrait acheter. Certes, l’impact du client sur l’ensemble de ces processus a significativement évolué. Mais, faire de la pensée collective élaborée par partage de libres informations à l’extérieur de l’entreprise, un concurrent pertinent du travail de ses professionnels, nous semble un peu excessif. La présenter comme une contribution influente, aurait sans doute été plus raisonnable.

S’agissant du modèle économique sous-jacent à la virtualisation qu’il projette presque sans limite sur l’ensemble des secteurs économiques, celui qu’il propose se révèle significativement spéculatif. La valorisation financière y est essentiellement fondée sur le revenu publicitaire que pourrait générer le volume d’informations et de liens détenus par la compagnie. Lorsque l’économie dématérialisée ne peut s’y substituer, on aurait préféré comprendre comment elle contribue à la croissance de l’économie réelle, notamment au travers de l’accélération de la circulation des flux physiques des biens de consommation et d’équipement.

Considérer la technologie et les entrepôts de données comme un facteur d’accélération de l’économie réelle, comme une source majeure d’innovation et de transformation du business model de l’entreprise, est une composante importante de l’offre de Brighten. Au service de la vision stratégique des comités de direction, elle contribue significativement à ensemble « Making Compagnies Better ».