Parier sur l’Audit Interne

20/04/12

illu_wp_audit2L’entreprise s’est progressivement dotée de fonctions supports pour l’accompagner dans l’exécution de ses opérations et prendre en compte l’évolution de son environnement. Les Directions financières d’abord, mais aussi de l’informatique, des ressources humaines, de la qualité, sont parmi les plus connues. Pour toutes celles directement associées aux opérations, elles ont mis au point un corpus méthodologique d’optimisation du fonctionnement de l’organisation (juste à temps, management participatif, qualité totale, approche processus). Au même moment, l’ouverture mondiale et les déséquilibres entre pays ont révélé une autre échelle d’enjeux de restructuration des entreprises (fusions, délocalisation, joint-ventures…), dopés par la dynamique des marchés financier. Ainsi tous les savoir-faire d’optimisation ont été relégués à un second plan au profit de la création de richesses apportée par la gouvernance financière. C’est dans ce contexte qu’est apparu l’audit interne, comme un garde-fou aux risques de dérives associés.

Ce que nous impose la crise financière, le rééquilibrage du monde, et l’augmentation des coûts de l’énergie, c’est le retour aux enjeux de l’optimisation et de l’amélioration continue. Elle fait de la gouvernance financière le juste instrument de développement, et de la gouvernance opérationnelle la pratique de création de valeur durable. C’est la recapitalisation des savoir-faire et du talent des auditeurs au service du retour à l’économie réelle, sur laquelle nous parions aujourd’hui. L’aura acquise au sein de la direction financière, les méthodes précises et systématiques associées à la fonction, la relation privilégiée avec le comité de direction et le conseil d’administration sont leurs principaux atouts pour participer à ce challenge du 21 siècle.

Téléchargez le livre blanc sur ce sujet “L’audit interne au service d’une gouvernance opérationnelle”